Moussa<< Dadis doit Rester et Néttoyer la Guinée >> selon les conférenciers

L'Association Repère, Le Club Ahmed Sékou Touré, et l'Association pour la paix en guinée, ont animé le 22 novembre 2009, une conférence de presse pour faire un rapprochement entre ce qui se passe actuellement en Guinée et ce qui s'est passé le 22 novembre 1970. <<Ceux qui ont organisé l'agression contre la Guinée le 22 novembre 1970,sont ceux là même qui sont entrain de s'agiter aujourd'hui >>. Ont estimer les conférenciers

Amadou Seydou Traoré dit Amadou Djikoroni, de l’association « Repère » et Me Mariam Diawara, Présidente de la section malienne du club Ahmed Sékou Touré, ont choisi la date symbolique du 22 novembre 2009 pour animer une conférence de presse pour soutenir le peuple guinéen face aux difficultés actuelles que traverse le pays. Amadou Seydou Traoré a indiqué qu’en 1970, la Guinée était un pays phare du continent Africain par rapport à son engagement aux côtés des peuples africains en lutte pour leur indépendance.
« Mécontent de l’engagement des autorités guinéennes, notamment de celle Sékou Touré, les gouvernements occidentaux se sont donnés la main pour tenter de renverser le pouvoir guinéen et le Portugal a été utilisé comme porteur de l’arme de cette agression qui a échoué grâce à la mobilisation du peuple guinéen dans sa totalité », a-t-il déclaré. Avant de dire que les mêmes personnes qui étaient tapis dans les bateaux portugais et qui attendaient la chute de Sékou Touré pour ramasser le pouvoir, sont aujourd’hui ceux qui conduisent la contestation contre les militaires guinéens. Selon lui, tout cela est fait pour mettre la main sur les richesses de la Guinée. Pour sa part, Me Mariam Diawara, a indiqué que la situation que vit aujourd’hui la Guinée n’est pas nouvelle. Selon elle depuis le « non » de 1958, la France colonisatrice n’a jamais accepté de perdre la Guinée.
« La richesse et la position géographique de la Guinée, expliquent en partie son malheur », a-t-elle indiqué. Elle a estimé que l’Afrique est dans un système où ses ressources approvisionnent l’Europe. Avant de soutenir que la Guinée, connue pour être un scandale géologique, a toujours été au centre de toutes les convoitises. Selon elle, le nettoyage souhaité par le peuple guinéen et promis par le Capitaine Moussa Dadis Camara, à son arrivée à la tête de la Guinée, n’est pas du goût d’une certaine classe de Guinéens. Pire, elle dira que sa guerre contre les narcotrafiquants, n’est pas de nature à lui donner que des amis en Guinée et dans le monde. Dans une brève analyse, Me Mariam Diawara, elle a indiqué que ceux qui ont organisé l’agression contre la Guinée le 22 novembre 1970, sont ceux la même qui sont entrain de s’agiter aujourd’hui. Pour conclure, elle dira que le Club Ahmed Sékou Touré souhaite que Moussa Dadis Camara reste au pouvoir pour nettoyer le pays et se donner le temps de mettre le pays sur la rampe de lancer.
« Pour réussir cela, il aura besoin d’une grande neutralité. Donc, nous lui demandons de le faire dans l’intérêt de la Guinée et d’organiser des élections transparentes pour remettre le pouvoir à des Guinéens capables de construire le pays dans le sens voulu par les pères de l’indépendance », a-t-elle indiqué. Amadou Seydou Traoré est revenu à la charge pour dire que la conférence de presse a été organisée pour manifester la solidarité des Maliens vis-à-vis du peuple Guinéen. Pour les relations de collaboration séculaires entre des Maliens et des guinéens, il a estimé que ce qui touche la Guinée, concerne le Mali. « Donc, nous ne sommes pas là pour soutenir une opposition de laquelle, nous ne connaissons rien, ni pour soutenir Moussa Dadis Camara. Nous invitons nos frères guinéens à trouver les ressources nécessaires pour passer cette étape sans trop de dommages », a-t-il déclaré. Il a profité pour condamner la réaction des occidentaux.
« Les Africains doivent se révolter de la réaction de certaines puissances occidentales. Il est temps que l’Europe, l’Amérique et leurs dirigeants respectent les peuples africains qui sont capables de régler leurs propres problèmes », a-t-il indiqué. Amadou Seydou Traoré a estimé que l’enquête internationale proposée par l’ONU et acceptée par les autorités du CNDD, est plus que nécessaire. Mais, il n’arrive pas à s’expliquer le refus de l’opposition guinéenne. « L’opposition se focalise sur le départ de Moussa Dadis Camara et du CNDD du pouvoir, or c’est cette enquête qui fera toute la lumière sur ce qui s’est passé à Conakry », a-t-il déclaré. Pour conclure, il dira que l’Association « Repère » fait confiance au Peuple de Guinée pour régler ce problème et qu’elle se réserve de faire toute proposition. « Déjà en 1958, ce peuple a posé l’acte le plus responsable qui a poussé l’Afrique à l’indépendance », a-t-il déclaré.

Assane Koné
Source: Le Republicain