t_ecrivainA Monsieur Thierno Monenembo, disque rayé du système fançafricain de délation goebbelsienne.

Monsieur,

Vous êtes, sans plus, une boule de haine frémissante, entretenue, sus tendue par une France revancharde, petite et mesquine, pour des raisons que nul n’ignore. Aussi, caché à chaque fois derrière les micros toxiques de RFI/AFRIQUE, vous avez toute latitude de déverser sur le président Ahmed Sékou Touré cette lave putrescente inlassablement élaborée par des réseaux de délateurs, d’affabulateurs, de menteurs effrontés et cyniques, des antisékoutouréens obtus, sourds et aveugles. Vous en êtes un, Monenembo. Un des plus promus, des plus choyés, des plus gâtés. Vous êtes aussi, par conséquent, un des plus utilisés dans le combat acharné, satanique, démentiel, que mènent les médias français en Afrique, et leurs alliés, contre la dynamique libératrice et restauratrice de la dignité, non pas seulement des Guinéens, mais de tous ceux qui ont été victimes de l’humiliation et de la dépersonnalisation coloniales. Une dynamique dont Ahmed Sékou Touré a été, est, et restera une des incarnations les plus expressives de notre histoire, à votre grand dépit! Vous êtes donc, quant à vous, totalement à l’opposé, une des pires incarnations de la servilité à des causes qui font la honte de notre espèce bafouée, insultée, méprisée, par ceux qui vous utilisent circonstantiellement, comme un logiciel à leur disposition. Il en va ainsi de votre « éclatante » sortie du mardi 05 octobre dernier sur RFI/Afrique. Parlons-en un peu.
1-Vous aviez soutenu alors, en abondant dans le sens du journaliste qui vous l’a carrément mis dans la bouche, que l’origine de l’anarchie post-régime Lansana Conté, c’est Sékou Touré. Alors que tout le monde sait, y compris vous, monsieur Monenembo, que le régime Conté, post-régime Sékou, était d’obédience françafricaine de façon flagrante. C’était un régime à 100% au service de la ‘’ Revanche française contre la Guinée de Sékou Touré ! Exactement comme vous !
2-Vous avez ensuite posé l’équation suivante, en substance: celui qui à tué Telly Diallo et Fodéba Kéïta ne peut donner que Dadis! (Entre parenthèses, moi je ne vous ai jamais entendu, et je ne crois pas qu’un autre vous ait entendu, évoquer les ignominies et les manœuvres torturantes, criminelles, oppressantes et étouffantes, des De Gaulle, Foccart, Messmer, Maurice Robert, Houphouët ou Senghor, qui ont tant fatigué, éprouvé notre pauvre petit peuple ! Excusez-moi de ne pas m’abaisser à nommer, comme vous, les exécutants inconscients et apatrides des grands monstres ci-devant énumérés, des monstres qu’aucune juridiction internationale ne poursuivra jamais, hélas !). Votre « logique » absurde signifie que la France, votre chère France :
- qui était revenue entrer dans notre pays, par une porte que Lansana Conté et son CMRN lui avaient largement ouverte en 1984, drainant avec elle une foule de termites qui ont rongé nos biens et valeurs matérielles et immatérielles,
- qui est venue mettre en place alors une « coopération » (qu’elle suspendait tantôt, tout le monde l’a entendu!), une coopération à la faveur de laquelle les Chefs putschistes du CMRN les plus proches de la France, avaient scientifiquement organisé les pogromes anti-malinkés, (avec des centaines de cadres civils et militaires de cette ethnie torturés et zigouillés sans autre forme de procès à Kindia),

en 1985 en Basse Guinée, et en 1991 en Guinée Forestière, malgré (et peut-être à cause justement) de cette « coopération militaire française». Elle était encore là, cette même coopération, alors qu’on rasait Kaporo-rail. Votre logique donc, monsieur Monenembo, c’est que votre France-là, et son maître-d’œuvre Guinéen, monsieur Lansana Conté, sont indemnes de toute responsabilité dans tout cela! La France qui est venue créer ici, à « Koundara » de Boulbinet, et vous le savez parfaitement monsieur Monenembo, le fameux corps paramilitaire des « bérets rouges » sur le modèle de ceux de Mobutu. Ces mêmes « bérets rouges » qui auraient tué les gens au Stade du 28 Septembre, le 28 Septembre 2009, 25ans et 06mois, jour pour jour presque, après la mort et les funérailles grandioses et encore inégalées en Afrique d’Ahmed Sékou Touré! Et vous n’hésitez pas à dire, vous et vos pseudos journalistes de RFI qui, prenant la profession en otage, mentent et déforment tout, vous n’hésitez pas à dire que le libérateur du pays et du peuple qui vous ont engendré, est le responsable de cette situation? Moi, j’ai honte pour vous ! Mais, monsieur, soyez sûr que Dieu vous a entendu, et qu’il vous donne acte de vos propos, et de la haine inhumaine qui vous habite! Dieu vous répondra .C’est sûr !
3-Vous-avez dit que Sékou Touré avait déclaré la guerre aux Peulhs
Or, vous savez parfaitement que ce sont des policards peulhs, dès la mort du député Yacine Diallo en 1954, qui ont inventé le concept « du particularisme peulh », et qui ont, au fil des ans, créé et entretenu « le racisme peulh ». Quant au mythe mensonger de l’opposition de Sékou Touré aux peulhs, vous en êtes un des tenants les plus déterminés. Vous entretenez ce mensonge pour diviser notre peuple, que Sékou Touré, le PDG et la Révolution, avaient fondu dans un creuset unitaire sans précédent en Afrique subsaharienne.
La Vérité, c’est que Ahmed Sékou Touré après en avoir subi des désagréments depuis que le PDG l’avait donc présenté en1954 comme candidat au remplacement du député Yacine Diallo qui était mort, Jusqu’à ce que le phénomène ait parrainé sa tentative d’assassinat en faveur de Diallo Telly par un petit « solîdjoh » (un bilakoro en malinké : un non circoncis), avait finalement décidé de dénoncer ce phénomène en l’appelant par son nom : «Le Racisme peulh ». C’était en 1976.
En 2009, 33ans après, demandez donc aujourd’hui à tout le peuple de Guinée si le « racisme peulh » est, ou non, une réalité de notre société. Il est pratiqué ouvertement par la plupart des élites de cette ethnie, et vous, monsieur Monenembo, vous en êtes un des plus virulents porteurs propagateurs.
Vous souvenez-vous d’avoir été le premier Guinéen à proclamer, suite à la constitution du gouvernement de consensus « Lansana Kouyaté », que « le premier peulh de ce gouvernement en était le sixièmes » membre ? Vous aviez alors déclenché un tollé, que RFI n’a jamais commenté. Vous aviez semé en même temps la graine d’une comptabilité ethnique, et celle de calomnies d’autant plus pernicieuses que vos relais sur les bancs de notre Assemblée Nationale s’en étaient inspirés pour obstruer toutes les actions de Lansana Kouyaté, pour le faire « échouer », selon vous ! Mais si le « racisme peulh » est une réalité, il faut reconnaître que Ahmed Sékou Touré ne l’a que dénoncé et

combattu : ce qui est totalement logique. Si tant est que l’on veut d’une Nation en Guinée, bien sûr ! Il faut reconnaître aussi que les condamnations de comploteurs et de traîtres par le régime du PDG n’avaient rien d’ethnique. Sinon : Fodéba Keita (aïe!), le Général Noumandian Keita, Mamadou dit Petit Touré (cousin de Sékou Touré !), Djoumè Kourouma (oncle maternel de Hadja André Touré !) Morikandian Savané (oncle maternel de Ismaël Touré), Kaba Laye, ou Dabadou Karamo, Kaman Diaby ou Tidiane kéïta, n’auraient jamais été condamnés ! Au temps de Sékou c’était l’impunité zéro, quelque soit le coupable ou sa faute !
Ce qui n’a rien à avoir avec les débuts du génocide anti-malinké que : CMRN, France coloniale et racisme peulh réunis ont perpétré en Guinée de 1984 à1995 environ. C’est pour tout cela que vous êtes un des principaux anti-Conférence Nationale, ou Commission Vérité-Justice, dans notre pays.
Lové dans le douillet cocon françafricain du mensonge et de l’amalgame, vous êtes terrorisé par l’inéluctabilité du triomphe de la Vérité Historique. Et les médias françafricains (RFI notamment), et leurs « professionnels du journalisme d’égouts et de caniveaux », brûleront bien un jour dans l’Enfer, où ils rejoindront leur patron, Satan le Terrible.

WAIT AND SEE !
Aly Bocar Cissé Email : cissedebma@yahoo.fr
Professeur et Administrateur Civil à la retraite

Source : Guineemoderne