Après un séjour de cinq mois en Guinée, à côté de l’Internet et des Médias locaux, je conclus que la presse alimentaire qui vit de la haine ne sait absolument rien des risques d’éclatement que court notre Société.


Ben_daoudaCette presse de la haine incarnée par l’Internet cause plus de dommage à la Nation que la junte militaire qu’elle critique. Elle ne sait rien des problèmes réels du pays.

Le message qu’elle véhicule ne répond pas aux solutions possibles à nos problèmes, étant devenue elle même un véritable problème. Ça ne va pas en Guinée …. Ça ne va pas du tout.

Ce que nous vivons est plus profond, plus complexe qu’un simple problème de junte militaire ou de Dadis … Nous avons cessé d’être une Nation.

La Solution ou les solutions ne se résumeront pas par le départ de la junte militaire uniquement. Et se précipiter vers des élections bâclées pourrait être dramatique et favoriserait le maintien de la junte militaire ou provoquerait un Coup d’Etat sanglant sur fond ethnocentrique. La presse de la haine s’agite dans l’ignorance.

La Guinée s’est installée dans un ethnocentrisme dont la solution échappe aux Partis Politiques et au Gouvernement: Nous avons un problème Peulh.

La gravité du sujet nous oblige d’en parler : Il s’agit de notre pays.

Aujourd’hui force est de constater que la Nation est dramatiquement divisée entre les Peulhs et les autres groupes ethniques.

Pourtant dire que tous les Peulhs sont ethnocentristes serait faux.

Dire que les Peulhs sont les seuls responsables du problème est également faux.

Cela ajoute à la complexité du problème.

Pendant cinq mois j’ai vécu avec des Peulhs de tout âge, toute profession confondue qui sont foncièrement contre l’Ethnocentrisme. Des peulhs qui refusent d’adhérer à toute conception du genre "c’est notre tour". Des Peulhs qui sont fiers d’être peulhs "Guinéens" et non des Peulhs Al poular".

Sont-ils minoritaires ? Difficile à dire. Le problème est que ces frères manquent de moyens d’expression… Ils sont pris en otage par une presse de la haine qui parle en leur nom, sans leur avis.

Mettre tous les Peulhs dans le même sac est une erreur.

Dire qu’il n’y a pas de problème peulh est un mensonge et c’est fuir sa responsabilité.

D’un autre côté, il y a les autres Populations.

Le premier sentiment qui se dégage est que tout le reste du pays s’est mobilisé contre les Peulhs. Ce qui supposerait une certaine communauté de destin de leur part.

Ce qui n’et pas vrai... et très loin de la réalité.

On parle d’alliance entre malinkés, Soussous et Forestiers.

Cette alliance de façade est alimentée par opposition à un éventuel "Pouvoir Peulh".

En réalité, les Malinké n’ont toujours pas pardonnés à Lansana Conté, qu’ils associent au Pouvoir Soussou, d’avoir exterminé toute une génération de cadres malinkés, et d’avoir dépouillé tous leurs commerçants au profit des commerçants Peulhs.

Cette haine reste réelle. A chaque fois qu’ils s’énervent contre le groupe d’en face, ils soupirent amèrement : "Tout ça c’est la faute de Lansana Conté".

Les malinkés auront des difficultés à accepter un autre Pouvoir Soussou.

Tandis que les koniakas préfèrent plutôt une alliance avec leurs cousins Pkèlès, Tomas et Manos plutôt que Malinkés … Cela expliquerait les difficultés actuelles du RPG dans la Région et l’émergence des gens comme Abe Sylla qui a été introduit d’une façon particulière et Lansana Kouyaté qu’ils considèrent comme un des leurs à N’zérékoré.

La nouveauté est que les forestiers se trouvent entraînés dans une bataille qui n’avait jamais été la leur : L’Ethnocentrisme politique.

Le forestier n’avait jamais jusqu’à présent supporté un Parti politique pour son appartenance ethnique. Preuve : les difficultés des hommes politiques de la Région à s’y implanter : Jean Marie et son UPG qui y ont complètement disparu.

Malgré la présence de Goyo Zoumanigui (UFR), son parti n’a pas de poids à Macenta.

Vous vous souvenez d’un autre Parti Politique de la Région ? Rappelez-vous de l’aventure de Mr…

Depuis le 28 Septembre 2009 tout cela a dangereusement changé … très dangereusement d’ailleurs.

Lorsque la presse de la haine a traité toute une population de sauvages et de mangeurs de singes, les extrémistes s’en sont servi pour refaire "l’unité" autour des cadres forestiers contre "les Autres". Les mots qu’ils véhiculent sont très simples : "Ils ne veulent pas nous voir au Pouvoir… Ils pensent qu’ils sont plus intelligents que nous … Ils nous traitent de sauvages impropres à gouverner".

Les mots : "Mangeurs de singes, sauvages, buveurs de bangui etc." sont véhiculés par les Media. Les Médias sont détenus à 90% par les Peulhs: Internet, radios, presse écrite.

Les intervenants sur les radios nationales et RFI en particulier sont 90% peulhs.

Si bien que la Forêt d’une façon générale se croit agressée par les Peulhs et se sont mis dans l’obligation de se défendre contre X.

De là à dire ou à penser qu’il n’y a pas un problème Peulh en Guinée….!

Ceux qui insultent ces populations ignorent pourtant tout de cette Région.

Le plus grave, ils ne savent pas que «Forestier » n’est pas une ethnie et moins encore une religion..

Le "forestier" est avant tout un brassage ethnique qui a fini par créer sa propre culture, mais qui n’a jamais rejeté une autre culture, ni aucun groupe ethnique, jusqu’ici …

Si bien qu’il y a des peulhs, des malinkés et des soussous forestiers etc. qui vivent en harmonie avec tous les autres groupes ethniques autochtones, tout en conservant leur identité culturelle et réligieuse.

Cela tend dangereusement à changer. La Paix entre les Peulhs et les autres groupes ethniques s’effrite de jour en jour et très dangereusement.

Malheureusement tous les plumards de la haine aujourd’hui recensés en Guinée et connus du grand publique sont des Peulhs.

Ils ont créé un problème Peulh différent de celui des années 1970-1980.

A l’époque, on parlait de complot Peulh contre Sékou Touré.

Aujourd’hui on parle de la prise du Pouvoir par les Peulhs par la Force. UN COMPLOT PEULH CONTRE LA NATION.

C’est le sentiment qui prévaut à travers le pays.

Il n’est pas rare d’entendre : "Nous voulons des élections libres, démocratiques et transparentes, mais nous ne voulons pas de peulh Président de la République".

Cela n’est pas un sujet tabou à Conakry. C’est même devenu banal.

Dire qu’il n’y a pas un problème Peulh en Guinée est un mensonge.

Au lieu de se mettre à insulter tout le monde n’importe comment, il serait intéressant de savoir pourquoi les autres groupes ethniques ne veulent pas d’un Président Peulh.( ?).

IL YA UN PROBLEME Peulh très grave en Guinée et c’est à la lumière de cela que les évènements du 28 Septembre sont diversement appréciés à l’intérieur du pays.

Le 28 Septembre 2009 s’est transporté sur le plan ethnique.

Malgré que les femmes violées que nous avions vues à la télévision se réclament de divers groupes ethniques et avec la présence de tous les autres leaders politiques, pour le commun des mortels en Guinée, les Evènements du 28 Septembre 2009 étaient une manifestation des Peulhs…

Le fossé ethnique se creuse plus profondément de jour en jour entre les Peulhs et les autres groupes ethniques.

L’incompréhension est totale et le dialogue qui n’a jamais été initié semble impossible.

La solution est politique certes, mais il n’y a pas une classe politique responsable en Guinée.

Les Peulhs qui luttent contre l’ethnocentrisme n’ont pas de plateaux pour s’exprimer !

L’Alliance Soussou- Malinké -Forestier n’est qu’une façade … Mais l’Union contre un éventuel Pouvoir Peulh est réelle.

L’Unité Nationale est dangereusement menacée.

Nous reviendrons !

Ben Daouda Touré

Aframglobal@aol.com

Source : Guinée24